Le Prix Zadig

Le Prix Zadig  : notre éditrice Laurence Schwalm, vous en parle…

Laurence Schwalm - Éditions Ex ÆquoZadig : la genèse

Penser ce prix a été un élan commun entre Annabel et moi comme la rencontre de deux artistes qui, en plus de leur collaboration habituelle (puisque je suis son éditeur), allaient se rejoindre, et se compléter dans un nouveau projet. Notre proximité de travail s’en est trouvée démultipliée par ce challenge enthousiasmant : réunir autour de notre projet un « jury de professionnels du crime » ; et nous avons réussi. Nous n’avons pas eu de mal à recruter ce jury de choc ; chacun a répondu immédiatement oui sans le moindre instant d’hésitation et je tiens ici à les en remercier ; je suis honorée d’œuvrer à leurs côtés. Nous avons changé la donne habituelle des prix littéraires qui convoquent autour de la table des libraires, des écrivains, des gens du monde du livre ; nous, nous avons réuni ceux par qui la connaissance du crime parvient au grand public au travers de leur expertise. Saluons-les.

Zadig : le don

Créer un prix littéraire qui ne serve que la littérature et les auteurs est déjà une bonne initiative en soi, mais en plus lui adjoindre une mission altruiste est véritablement lui apporter une dimension d’âme supplémentaire ; c’est tout naturellement que nous est venue l’idée d’offrir la moitié des bénéfices aux orphelins de la police. C’est une façon de rendre une certaine justice, une certaine paternité, de saluer le travail inlassable de tous ces hommes et femmes qui nous protègent — bien souvent au péril de leur propre vie. Saluons-les.

Orpheopolis soutien des orphelins de la Police
Orpheopolis soutien des orphelins de la Police

Zadig : le nom

J’ai choisi le nom de Zadig pour personnifier ce prix de la nouvelle policière parce que c’est en littérature française — et même universelle — le texte qui est considéré comme étant la première enquête, la première recherche d’indices et de preuves. C’est aussi le texte d’un érudit qui mettait la liberté de penser au-dessus de toutes les autres possessions ; je vous parle de Voltaire. Et ma maison d’édition ayant implanté son siège social à Plombières-les-Bains où Voltaire a séjourné et a écrit, l’ensemble faisait sens. Saluons-le.

Zadig, nous l’espérons, redonnera le goût de la nouvelle à ceux qui l’ont perdu, et je souhaite que Zadig soit aussi le témoignage de remerciement à ceux qui œuvrent à nous protéger, à nous permettre à loisir de lire des histoires de crime en sachant qu’on aime les lire pour se faire peur, mais qu’on reste protégé.
Prix Zadig de la nouvelle policière des Éditions Ex Æquo
Prix Zadig de la nouvelle policière des Éditions Ex Æquo